Qu'est-ce qu'une escarre ?

FAQ

Retour à la liste des questions fréquemment posées

C'est une atteinte de la peau en regard d'une zone anatomique mal protégée (talon, fesses) qui survient chez des personnes qui sont restées trop longtemps immobiles en appui non protégé. Les personnes âgées, les patients dans le coma, les sujets paralytiques voient en quelques heures se développer des rougeurs sur les points d'appui. Ces rougeurs vont s'approfondir et devenir des zones totalement dépourvues de vaisseaux qui se détruisent spontanément en devenant noires et cartonnées. L'évolution vers la cicatrisation se fait très lentement, et reste très difficile. C'est pourquoi il est aussi important de prévenir ces lésions, par une série de mesures infirmières de soins pertinents et répétés (retournements réguliers des patients, surveillance répétée, hygiène parfaite, travail de la tonicité cutanée).

Les zones les plus fréquemment touchées sont :

- Le sacrum, le talon, les protubérances osseuses sur lesquelles se fait la station assise (ischion), les extrémités supérieures des fémurs (trochanter).

- Les lésions évoluent en plusieurs étapes qui vont de la simple rougeur à la destruction complète de la peau exposant l'os sous-jacent.

Il faut :

Interposer entre le point d'appui et la zone suspecte un coussin de répartition des pressions qui va diminuer les effets de la pression sur les points d'appui ; ce coussin, surmatelas ou matelas doit être choisi avec beaucoup de précision.

Mettre un pansement permettant la cicatrisation en milieu humide, adapté au stade de la plaie.

Montrer la plaie à une infirmière, un médecin, afin de traiter efficacement cette plaie, dont l'évolution sera longue et difficile.

S'occuper de la nutrition, souvent imparfaite, de ces patients agés.

Permettre une bonne hygiène, en supprimant toute source de souillure (incontinence urinaire ou fécale) par un change plusieurs fois par jour.

Le médecin s'occupera du problème médical qui est souvent à l'origine de l'apparition de l'escarre (infection urinaire ou pulmonaire). Il faut savoir que ce traitement va être rapidement efficace, mais que l'escarre mettra plusieurs mois à cicatriser. D'où l'intérêt d'une bonne prise en considération de ces problèmes par une surveillance attentive pluriquotidienne des points d'appui, et la mise en route d'un programme de prévention adapté. Il faut en particulier évaluer, selon des échelles de facteurs de risques bien connues, le risque de chaque patient à voir se développer des escarres. L'utilisation de ces échelles doit être répétée dans le temps, au moins une fois par semaine.

Scroll to Top