Une prise en charge antalgique largement insuffisante…

Informations

Retour à la liste des informations

07/03/2008

Qu’elles soient aiguës ou chroniques, les plaies sont à l’origine d’une symptomatologie douloureuse dont le contrôle doit évidemment faire partie de la prise en charge. Qu’en est-il en réalité ? Les différentes stratégies employées pour réduire les phénomènes douloureux sont-elles optimales en pratique courante ?

C’est pour répondre à cette question qu’a été entreprise une enquête observationnelle en consultation hospitalière et de ville. Elle a concerné 563 patients dont 62% de femmes, la moitié ayant plus de 75 ans. Les plaies dont ils souffraient étaient en majorité des ulcères des membres inférieurs mais 17% des participants présentaient des plaies aiguës.

Il a été demandé aux patients de situer le niveau des douleurs ressenties sur une échelle numérique : pour 66,5% d’entre eux, elle était supérieure à 3, présente au repos et/ou à la marche dans plus de la moitié des cas et perturbant le sommeil pour 40% des malades. L’intensité de la douleur semblait indépendante de l’origine de la lésion (ulcère veineux, brûlure…), de sa taille et de l’âge.

Soixante pour cent des patients recevaient un traitement antalgique de palier 2 ou 3 dans près de la moitié des cas. Le nombre d’antalgiques utilisés et leur puissance semblaient adaptés à l’intensité de la douleur ressentie, et pourtant près de 30% des malades considéraient que le traitement antalgique n’était pas efficace. Autant dire qu’il reste encore beaucoup à faire pour optimiser la prise en charge de la douleur liée aux plaies…

Dr Marie-Line Barbet

Sylvie Meaume : La douleur dans le traitement des plaies chez le patient suivi en ambulatoire : les approches thérapeutiques actuelles sont-elles optimales ? 12ème conférence nationale des plaies et cicatrisations (Paris) : 27-29 janvier 2008.
Scroll to Top