Des puces au secours des plaies du pied diabétique

Informations

Retour à la liste des informations

02/11/2007

Le choix d’une antibiothérapie en cas de plaie du pied diabétique est souvent empirique basé sur des molécules à large spectre conduisant à un risque accru de résistance bactérienne. De plus, il est difficile de distinguer une colonisation, qui ne nécessite pas de traitement antibiotique selon les recommandations actuelles, d’une infection, en se référant sur les seuls signes de l’inflammation qui font parfois défaut en cas de neuropathie ou d’ischémie associées.

Dans cette étude, des techniques de biologie moléculaire ont été utilisées pour différencier les colonisations, des infections à Staphylococcus aureus, sur plaie du pied diabétique. Soixante douze patients n’ayant pas reçu d’antibiotiques depuis plus de 6 mois et ayant une culture positive à Staphylococcus aureus ont été inclus. La virulence et la résistance du germe ont été évaluées par des puces à ADN permettant une réponse rapide (< 1 jour). La résistance à la méthiciline concernait 48,6 % des germes isolés.

Pour les plaies cliniquement infectées, des facteurs de virulence ont été retrouvés chez 98 % des patients (49 sur 50). Pour les patients ayant une plaie de grade 1, cliniquement non infectée, mais colonisée, les facteurs de virulence ont été retrouvés pour 9 % des patients (2 sur 22) lors du prélèvement initial.

Les prélèvements réalisés lors du suivi ont montré la persistance d’une colonisation à Staphylococcus aureus pour 59 % des patients. La présence de facteurs de virulence initiaux ou acquis a été retrouvée chez tous les patients en échec de cicatrisation (suivi de 6 mois).

Les techniques de biologie moléculaire par puces à ADN permettent d’obtenir rapidement des informations microbiologiques précieuses pour la prise en charge des plaies du pied diabétique : aide à la différenciation entre colonisation et infection, prédiction des chances de cicatrisation, utilisation raisonnée des antibiotiques.

Dr Laurence Du Pasquier
Sotto A et coll. : Miniaturized oligonucleotide arrays : A new tool for discriminating colonization from infection due to Staphylococcus aureus in diabetic foot ulcers. Diabetes Care 2007 ; 30 : 2051-2056.
Scroll to Top