Congrès "Plaies et Cicatrisations" en Inde

2 au 4 mars 2009

Retour à la liste des initiatives

Compte-rendu de Rosine Van den Bulck, envoyée par la SFFPC

A l’image de la SFFPC, la Société Nationale Indienne de Plaies et Cicatrisation organise un congrès annuel. Bien que le congrès soit plus modeste et plus récent, les organisateurs mettent un point d’honneur à inviter quelques orateurs étrangers.

J’ai eu l’honneur, de pouvoir être orateur invité lors du congrès de 2009, qui était organisé à Gangtok, capitale d’un ex petit royaume himalayen, le Sikkim, aujourd’hui annexé par l’Inde.

Ce fût un périple très long dont le point de départ était New Delhi.

C’est avec bonheur que j’ai retrouvé les odeurs, les bruits, les couleurs, le monde, la chaleur...de l’Inde, pays où je ne suis plus allée depuis 18 ans.

A peine arrivée à l’université de Vârânasî (Bénarès), j’ai fait une présentation dont le thème était "Plaies abdominales complexes" et, de façon tout à fait inattendue il m’a été demandé de soigner, en direct, une jeune patiente opérée, trois jours auparavant, d’une colectomie par laparotomie avec colostomie gauche.

Quelle ne fût pas ma surprise quand j’ai découvert que la patiente avait été amenée sur chaise roulante, attendait en plein soleil et ce sans aucune analgésie. J’ai dû soigner cette jeune dame dans un local minuscule où j’étais entourée de deux caméras et de plusieurs personnes. Comment faire pour respecter la pudeur, communiquer...Conditions de soins sommaires, communication impossible, douleur... ont fait de cette séance de soins une des expériences les plus douloureuses de ma carrière. Je n’oublierai jamais ces grands yeux bruns implorants et mon impuissance face à ce drame humain dont j’étais l’acteur !

Infirmières et professeursDans l’après midi, il m’a été demandé de donner un cours sur les soins de plaies à l’école d’infirmières. Quel bonheur, 60 élèves en uniforme impeccable se disputant le droit de répondre aux questions et manifestant un intérêt évident pour cette matière.

Nous avons quitté Vârânasî le lendemain vers le Sikkim où nous sommes arrivés après un périple épuisant de 16h de train et 6h de route.

Le congrès Woundcon comptait environ 500 participants parmi lesquels une majorité de médecins indiens.

Woundcon 2009, cérémonie d'ouvertureAprès une cérémonie d’ouverture fascinante, les présentations ont débuté. Les thèmes étaient centrés sur les différentes approches du traitement des plaies ; traitements tels que nous les connaissons et la prise en charge selon les théories de la médecine ayurvédique. Les discussions ont été très animées entre les pro médecine ayurvédique et les opposants à ce type de médecine. La médecine ayurvédique est semble-t-il efficace, mais d’après les opposants il y a un manque d’études scientifiques et de précision dans les doses prescrites.

Ce fût une expérience très positive et enrichissante par les nombreux échanges avec nos collègues indiens qui ont une imagination et une belle faculté d’adaptation, qui leur permet de compenser le manque de moyens et le non accès aux technologies sophistiquées.

Je remercie la SFFPC qui m’a permis de vivre cette fantastique expérience.

Rosine Van den Bulck

 

Scroll to Top