Escarre malléolaire chez un prématuré

Michel LESAGE - Infirmier CHG VALENCIENNES 59322

Retourner à la liste des cas cliniques

Jean, prématuré né à 36 semaines de gestation le 24/02/98

Il est admis en Service de Néonatalogie le 27/02/98 pour suivi d’un léger retard pondéral. Il est perfusé au niveau de la malléole externe gauche à l’aide d’un microperfuseur à ailettes dont le maintien est renforcé par une attelle fixée par-dessus le pansement secondaire, lui interdisant toute mobilisation de l’articulation de la cheville.

Cette perfusion ne tarde pas à extravaser et rapidement une lésion nécrotique, accompagnée d’un oedème inflammatoire très important, douloureux, entraîne une impotence fonctionnelle de l’articulation.

Infirmier référent en matière d’escarres et de plaies et cicatrisations dans l’Etablissement où j’exerce, le Service me contacte le vendredi 06/03/98 pour conseil et décision du traitement qui se doit d’être efficace très rapidement, le petit Jean devant sortir le lendemain. Je devais éliminer dans un premier temps la plaque de nécrose noire et devant le tout petit pied endolori, je ne pouvais manifestement pas utiliser le bistouri et je proposais donc à l’équipe un pansement de type URGOSORB® selon la technique préconisée par les laboratoires URGO complété par un pansement secondaire TEGADERM® que l’on poursuivrait toute cette fin de semaine et je reverrai Jean le lundi.

Le mercredi 11/03/98, je constate la disparition totale de la plaque de nécrose noire, laissant place à une nécrose jaune à peine humide en son centre, bordée d’une zone inflammatoire rouge vif, elle-même cernée d’une fine desquamation. L’impotence fonctionnelle persiste, Jean semble moins algique.

Afin de favoriser l’humidification de la plaie et permettre une accélération de l’élimination de la nécrose jaune par un moyen simple d’utilisation à domicile, je propose de traiter maintenant la plaie à la BIAFINE®, selon le principe général préconisé par le laboratoire MEDIX et invite la maman assez inquiète à participer aux soins par la réfection du pansement entre deux passages de l’infirmière libérale, ce qu’elle accepte volontiers.

Le vendredi 20/03/98, la nécrose jaune a régressé, persiste au centre ; la plaie est fibrineuse en périphérie, bordée de la zone inflammatoire qui bourgeonne un peu et Jean peut mobiliser la cheville.

Le mercredi 01/04/98, La plaie est en voie d’épithélialisation et le petit Jean a retrouvé toute la mobilité de l’articulation et ne se prive pas de nous le montrer lors des soins.

Le mercredi 29/04/98, La plaie est pratiquement cicatrisée, et nous décidons de la laisser à l’air libre, se contentant d’une application locale de BIAFINE® après chaque change.

Le vendredi 15/05/98, la plaie est complètement cicatrisée et aucune séquelle fonctionnelle n’est apparente...

Scroll to Top